Le Grand Détournement

Le Centre national des arts plastiques (Cnap) s’est associé avec la Ville de Nancy pour présenter trois expositions dédiées à sa collection design et arts décoratifs. « Zones de confort » en 2015 constituait le premier chapitre de cette trilogie qui se poursuit en 2017 avec « Le Grand Détournement ».
_

LE GRAND DÉTOURNEMENT
Agir de manière déplacée. Un pas de côté. Contourner le problème ou au contraire l’embrasser. Ouvrir les champs. Dévoyer la technique, inventer des matériaux, ou l’inverse. Mixer, twister, sampler, les formes, les usages, les sens.
Se servir du monde comme matière à un grand détournement.

Ces stratégies sont communes aux designers rassemblés dans cette exposition. Les œuvres présentées sont pour la plupart des acquisitions récentes. Elles actualisent ici une histoire aussi vieille que le design, faites de postures expérimentales, critiques, malicieuses.

Le modèle industriel et son corolaire, la recherche du standard, sont mis à mal ou tournés en dérision : le geste manuel, l’aléatoire, le bricolage, l’humour, parfois, viennent perturber une mécanique bien huilée.

Le recours à des objets manufacturés comme des matières premières, le réemploi des rebuts prend acte des effets de saturation induits par la production de masse.

Du macramé à la stéréolithographie, Low et High Tech se rencontrent et se combinent sur le socle comme dans la pratique des designers, qui circulent allégrement d’une technologie à l’autre. L’exploration des techniques artisanales donne vie à des objets singuliers qui poussent à bout les savoir-faire traditionnels. On s’approprie une méthode, on change de motif, on laisse la forme libre.

Ouvrir les codes : manuels, recettes, instructions, plans d’impression 3D, outils proposent aux consommateurs de se saisir de tout ou partie de la production. Faire soi-même (Do It Yourself) mais surtout regarder avec un œil critique la production actuelle. Apprendre à planter un clou c’est déjà s’organiser.

Par des jeux d’échos, de réflexions, de profondeurs de champs, l’exposition ménage plusieurs points de vues sur les objets, aussi bien dans la déambulation et que dans l’exploration des contenus. Textes, images, vidéos explicitent et remettent en contexte les processus de création. L’espace de la mezzanine, au cœur du parcours, accueille lectures, ateliers et rencontres, pour prolonger la découverte. Au visiteur de créer son propre montage, sa propre trajectoire.
_

Commissariat
David des Moutis, designer
Juliette Pollet, responsable de la collection design au Cnap

Scénographie
David des Moutis

Dernière mise à jour le 16 juin 2017