Après des études de photographie, d’art et de critique d’art aux Etats-Unis et en France, la pratique de Marcelline Delbecq s’est peu à peu éloignée de l’image en tant que telle pour se concentrer sur la potentialité cinématographique, voire photographique, de l’écriture. Son utilisation du récit et de la voix, a élaboré un univers narratif mis en mots pour convoquer un ensemble d’images mentales oscillant entre documentaire et fiction, passé et présent. Dans ses installations sonores, publications et lectures en public, les mots mettent en jeux la question du regard en devenant à leur propre tour des images. Elle se consacre désormais essentiellement à l'écriture et est actuellement doctorante SACRe à l’École Normale Supérieure sous la direction d’Antoine de Baecque.

Source: 
Centre national des arts plastiques