Née dans l’Hexagone

Arts plastiques - Exposition

16 mai • 22 septembre 2019

Vernissage samedi 18 mai 2019 à 11h

aux Bains du Nord 16, rue Quentin - Dijon

Exposition du 16 mai au 22 septembre 2019

Avec des oeuvres de la collection du FRAC Bourgogne de :


Marie Angeletti, Daniel Buren, Tony Cragg, Marcia Hafif, Richard Hawkins, On Kawara, Alex Israel, Phillip King, Barbara Kruger, Bertrand Lavier, Allan McCollum, Jean-Luc Moulène, Gerhard Richter, François Ristori, Jim Shaw et Benjamin Weissman, Andy Warhol, Bill Woodrow et Yan Pei-Ming

Cette exposition s’inscrit dans le cadre de la réouverture du musée des beaux-arts de Dijon.

 

En 1975, Renaud chantait « être né sous le signe de l’Hexagone, c’est vraiment pas une sinécure ». Quelques années avant l’interdiction de diffusion de ces paroles sur France Inter, François Ristori, qui comme l’écrit Claude Rutault, était lui aussi né dans l’Hexagone, en avait précisé et fixé la forme et les couleurs en peinture.

Le 20 juin 1982, depuis la mairie de Lille, Jack Lang, ministre de la Culture, annonce un plan national en faveur des arts plastiques, l’une des mesures phares est : la création des FRAC.

Le FRAC Bourgogne naît le 9 septembre 1982 et avec lui le besoin de constituer une collection d’œuvres contemporaines. Le premier comité technique d’acquisition se réunit en 1983 et l’histoire de cette collection débute en 1984 avec l’acquisition d’œuvres de seize artistes français et internationaux, parmi lesquels Christian Boltanski, Bertrand Lavier, Tony Cragg, Claude Lévêque, Gerhard Richter, Gottfried Honegger, Gloria Friedmann ou Richard Long. Les dernières acquisitions, comme celles d’œuvres de Marie Angeletti, Richard Hawkins, ou encore Alex Israel, poursuivent l’écriture de cette histoire.
La collection du FRAC Bourgogne est aujourd’hui constituée de 686 œuvres de 269 artistes. C’est une collection ouverte, riche de sa diversité esthétique et des médiums qui y sont représentés.

Le FRAC Bourgogne est en 1986 l’un des premiers FRAC à avoir un espace d’exposition spécifique. Pour fêter ses trente ans, il s’est offert, en 2013, un nouveau lieu d’exposition permanent dans la capitale régionale, « Les Bains du Nord ».

Pour autant, le FRAC Bourgogne n’est pas attaché à un lieu unique de diffusion, mais au nomadisme de sa collection et à sa « valeur d’usage » pour la diffusion et la sensibilisation, en région, dans l’Hexagone et hors de celui-ci.
Au début des années 1990, certains estiment qu’en France, le « culturel » est considéré aux dépens du patrimoine, mais si notre patrimoine, en plus de nos bibliothèques matérielles et immatérielles, c’est le temps, alors le choix du « culturel » et la décision du soutien aux créateurs ont permis, en quatre décennies, la constitution d’un patrimoine artistique d’exception.
A l’occasion de l’inauguration du musée des beaux-arts de Dijon métamorphosé, c’est l’histoire de cette collection, née dans l’Hexagone, à la fois centrifuge et centripète, œuvre subjective et collective de quatre directeurs et plusieurs comités techniques d’acquisition, qui est proposée au travers de l’expérience de certaines de ses œuvres, qui font d’elle une des collections publiques contemporaines de référence en France et en dehors.

Ici toutes les périodes de l’histoire de la collection du FRAC Bourgogne sont montrées en dix-neuf œuvres, avec une présence importante de celles qui constituent son corpus de base et qui ont été parmi les premières exposées ("Picture Light" de Bertrand Lavier et "Merlin" de Gerhard Richter notamment) ; existence ponctuée par des acquisitions récentes, comme le "Self Portrait" d’Alex Israel ou "Weapons Against Succubi" de Richard Hawkins.
L’exposition est ouverte par le protocole de « traces - formes hexagonales se présentant conjointement et alternativement en bleu, en rouge, en blanc » de François Ristori.

Le parcours se poursuit avec la « gamme Gauloises » de Jean-Luc Moulène, avant d’atteindre le Mao de Yan Pei-Ming faisant face aux soupes Campbell d’Andy Warhol et de se conclure par la critique de la représentation opérée par Barbara Kruger d’une part et l’assemblage d’objets délaissés créés par Tony Cragg d’autre part.

Ici l’accrochage n’est pas chronologique. Il n’est fondé que sur les questions du rapport formel des œuvres entre elles et de leur relation à leur espace de présentation. Ici les formes jouent leurs rôles, les couleurs aussi.

Astrid Handa-Gagnard
Directrice du FRAC Bourgogne
Commissaire de l’exposition

 

 

___________

Visites guidées participatives :

- grand public : samedi de 11h à 11h 45 et de 16h à 16h45

Sans réservation - Gratuites

- scolaires : mercredi, jeudi et vendredi entre 14h30 et 18h

Gratuites

Réservation / Renseignements +33 (0)3 80 67 18 18 / communication@frac-bourgogne.org

___________

Horaires d’ouverture de l’exposition :

mercredi, jeudi, vendredi et dimanche 14 h 30 – 18 h

samedi 11 h – 13 h et 14 h – 18 h

Fermeture de l’exposition le dimanche 14 juillet 2019 et du 31 juillet au 25 août 2019

www.frac-bourgogne.org

entrée libre

 

Horaires: 
Horaires d’ouverture de l’exposition : mercredi, jeudi, vendredi et dimanche 14 h 30 – 18 h samedi 11 h – 13 h et 14 h – 18 h Fermeture de l’exposition le dimanche 14 juillet 2019 et du 31 juillet au 25 août 2019
Heures de vernissage: 
11h00
Moyens d'accès: 
Tram 1 et 2 arrêt Godrans
FRAC Bourgogne
16, rue Quentin "Les Bains du Nord"
Dijon 21000
France
Dernière mise à jour le 03 Mai 2019