Oh, So Quiet ! La musique regardée : art et cinéma

L'exposition « Oh, So Quiet !  » présente des vidéos de Doug Aitken, Charles de Meaux, Dominique Gonzalez Foerster, Pierre Huyghe, Ange Leccia, Romain Kronenberg, Lorna Simpson issues de la collection vidéo du Cnap. Ces œuvres témoignent de la richesse et de la diversité de la création filmique en France, à laquelle viennent répondre en miroir la richesse et la singularité de la création islandaise avec des pièces de Sigurður Guðjónsson, Dodda Maggý, Steina et Woody Vasulka.
_

LA MUSIQUE REGARDÉE : ART ET CINÉMA
Les histoires parallèles et communes de l'art moderne et de l'art contemporain - avec la photographie, le cinéma, la vidéo, la télévision - n'ont cessées de se tresser, plaçant l'art sous le regard de la caméra, dans la nécessité du temps. On se souvient ici de la très pertinente rencontre entre le cinéma et l'art à travers le film documentaire réalisé en 1966 par Brian de Palma sur l'art moderne, The Responsive eye.
Élaborer un programme de films sur la création contemporaine saisie dans son contexte élargi, revient à susciter des rencontres de sujets, de domaines, de champs d'expression visant à mettre en exergue le travail de l'art. Dans cette perspective, la rencontre entre la musique et le cinéma dessine un domaine riche en œuvres singulières.
Que ce soit à travers la musique, le chant, la récitation, ou le registre du bruit, le son des œuvres engage les jeux croisés du langage, de la parole, de l’écoute, dont Roland Barthes a souvent souligné le caractère complexe et subtil. Les artistes conçoivent des installations sonores configurées comme des espaces d’expérience à vivre : le murmure d’une chanson, le cri, la stridence d’un bruit insoutenable, la musique. D’autres œuvres scénarisent des paysages sonores abstraits.
_

PROGRAMME
28 juillet : vernissage et performance Ad Genua de Romain Kronenberg
Ad Genua (lat. aux genoux) est une performance musicale de 33 minutes. La musique est inspirée par les 33 premières secondes de la composition éponyme de Dietrich Buxtehude, qui est la deuxième des sept cantates constituant l’œuvre Membra Jesu Nostri (lat. les membres de notre Jésus). Cette musique religieuse composée en 1680 a des accents contemporains par son caractère modal, comme quelques autres compositions de la même période. Dans cette performance, Romain Kronenberg interprète à la guitare électrique et à l’archet électronique (ebow) la musique qu'il étire soixante fois. La performance est en équilibre entre classique et contemporain.

Liste des œuvres de l'exposition :
Doug Aitken, Diamond Sea, 1997, 20'35''
Charles de Meaux, Marfa’s Mystery Lights- A Concert For The Ufo’s, 2007
Ange Leccia, Dominique Gonzalez Foerster, Gold, 2000
Pierre Huyghe, Blanche Neige Lucie, 1997
Sigurður Guðjónsson, Tape, 2016, AV Machine, 2016
Romain Kronenberg, Marcher puis disparaître, 2013
Dodda Maggý, Curlicue (Spectre), 2017
Lorna Simpson, Cloudscape, 2004
Steina et Woody Vasulka, Noisefields, 1974
Jean-Luc Vilmouth, Lunchtime, 2014


Dernière mise à jour le 28 juill. 2018