Poursuivons le rêve de Jean Tinguely !

L'objectif des 15 000 euros a été atteint. Grâce à vos contributions, le Centre national des arts plastiques va pouvoir restaurer la langue du Cyclop. La campagne continue. En effet, c'est le visage entier du Cyclop qui est recouvert de miroirs. Les dons récoltés permettront de restaurer l'ensemble de La Face aux miroirs réalisée par Niki de Saint Phalle. Merci pour vos contributions et votre engagement à nos côtés!

Le visage du Cyclop (œuvre de Jean Tinguely à Milly-La-Forêt) est actuellement couvert d’un filet de protection afin de limiter la chute des miroirs qui le recouvrent. Le Cnap lance une campagne de mécénat participatif via la plateforme Commeon dans l'objectif de récolter 15 000 euros pour la restauration de sa langue.

Faire un don en ligne : www.commeon.com/projet/poursuivons-le-reve-de-jean-tinguely
_

LE CYCLOP A BESOIN D’ÊTRE RESTAURÉ
La localisation du Cyclop au coeur de la forêt soumet l’oeuvre monumentale de Jean Tinguely à des conditions de conservation extrêmes - taux d’humidité considérable, très grandes variations de température -, obligeant à une surveillance et un entretien constants de l’ensemble.
La Face aux miroirs du Cyclop est restée plusieurs années en béton projeté, avant que Niki de Saint Phalle ne décide de la recouvrir de miroirs - un matériau qu’elle affectionnait particulièrement, à la fois pour son miroitement et son pouvoir réfléchissant.
Le chantier se déroule de 1987 à 1991. De nombreux assistants, amis et artistes se succèdent autour d’un noyau de fidèles. Les techniques sont mises au point au fil de l’eau, chacun apportant sa touche dans le traitement du visage du monstre.

Mais, quelques années plus tard, les miroirs présentent des problèmes d’adhérence et de résistance aux conditions climatiques. Les dégradations s’accélérant, la pose d’un filet s’impose à partir de 2012. Des études lancées en partenariat avec le Laboratoire de recherche des monuments historiques vont permettre alors de constater que les matériaux utilisés à l’époque étaient peu adaptés et que la technique de découpe des miroirs avait fragilisé leur couche de tain, altérant progressivement leur qualité réfléchissante.

La décision de remplacer l’ensemble des miroirs de La Face aux miroirs a été mûrement pesée, fruit d’un dialogue nourri entre le Cnap, l’ayant droit de Niki de Saint Phalle, des restaurateurs, des ingénieurs spécialistes du métal, du béton, du verre et l’association qui gère Le Cyclop pour le compte du Cnap.
Un travail approfondi a été mené sur différents matériaux (miroir et joint-colle) en chambre de vieillissement. Il permet d’identifier ceux qui sont les mieux adaptés aux conditions d’exposition du monument. Des tests de découpe et de pose ont été également réalisés. Un relevé photographique des miroirs est effectué afin de respecter leur découpe initiale.

Après ces années d’études et d’échanges, la restauration va pouvoir enfin commencer et remettre l’oeuvre en résonance avec son environnement, répondant ainsi au désir de Niki de Saint Phalle de voir éternellement des miroirs scintiller au Cyclop - comme c’est le cas au Jardin des tarots (Garavicchio de Pescia Fiorentina, Italie).

Le Cnap lance une campagne d'appel aux dons qui consiste à récolter 15 000 euros pour restaurer la langue du Cyclop. Chaque don compte et permet de bénéficier d'une déduction fiscale et de contreparties.
_

UN DESTIN EXCEPTIONNEL
Le Cyclop s’apparente à une tête sans corps, avec un oeil unique qui scrute les alentours. Pendant 25 ans, de 1969 à 1994, Jean Tinguely réalise cette sculpture hors norme. Construite essentiellement à partir de matériaux de récupération, elle mesure vingt-deux mètres de haut et pèse près de trois cents tonnes.
Sa face est recouverte de 400 m² de miroirs.
Les plus grands artistes représentatifs de différents courants artistiques du 20e siècle (Dada, Nouveau Réalisme, art cinétique ou encore art brut) ont participé à sa création : Eva Aeppli, Arman, Philippe Bouveret, César, Seppi Imhof, Pierre Marie Lejeune, Bernhard Luginbühl, Giovanni Podestà, Jean-Pierre Raynaud, Larry Rivers, Jesús Rafael Soto, Daniel Spoerri, Rico Weber.
Le visiteur est invité à pénétrer dans Le Cyclop et à actionner diverses machines, à déclencher des sons, à assister à une pièce de théâtre…
Jean Tinguely décide, en 1987, de faire don de l’oeuvre à l’État qui s’engage à assurer sa protection. Elle est alors inscrite sur l’inventaire du Cnap qui en assure désormais la conservation et la restauration. L’association Le Cyclop veille, quant à elle, à l’entretien de la sculpture, accueille les publics et propose une programmation culturelle et artistique.

 

Dernière mise à jour le 18 sept. 2018